L’espace Aragon reste fermé pour quelques temps encore...!

Du fait de l'évolution des dispositions liées à la crise sanitaire, la rouverture des lieux culturels n'est toujours pas d'actualité...

Nous espérons cependant vous retrouver le plus tôt possible...

Les événements programmés sur la période sont donc annulés.
Des reports des spectacles sont à l'étude pour la saison prochaine. D'ores et déjà, "La tragédie du dossard 512" est re-reprogrammé au vendredi 10 septembre, le spectacle "A nos amours…" de Sophia Aram est reporté au vendredi 1er octobre 2021.
Les demandes de remboursement des places sont cependant possibles en nous remettant vos billets et votre relevé d'identité bancaire.

Le standard au 04 76 71 22 51 est actuellement ouvert les mardis de 9h à 12h et de 14h à 16h, les vendredis de 9h à 12h.

Nous vous souhaitons tout de même une très belle, douce et heureuse année 2021.
Prenez soin de vous et de vos proches. A très bientôt.

le 15 janvier 2021

Le parvis de l'espace Aragon accueille, depuis octobre 2020, la sculpture de Charles Payan "Présence / Absence"

"Présence / Absence", sculpture de Charles Payan

"Présence/Absence" sculpture de Charles Payan

Ce tétraèdre régulier est partagé en quatre blocs identiques, légèrement décalés les uns par rapport aux autres. Leur aspect rouillé sombre donne à l’ensemble un caractère massif et brut
Par contraste, les faces résultant du partage du tétraèdre sont en acier inoxydable poli. L’intérieur est ainsi composé de miroirs parallèles permettant, par réflexion multiple, à la lumière et aux images de traverser la structure qui acquiert ainsi une certaine transparence. Cette transparence permet de faire le lien avec le bâtiment dans lequel le verre est très présent.
L’intention de cette proposition est de présenter en les opposant les deux aspects de l’acier : brut et très « matériel » d’une part, et transparent et lumineux d’autre part, rejoignant par ailleurs une préoccupation assez constante de l’artiste dans son travail de plasticien : la mise en en relation de la matière et de l’image.
La sculpture présentée voudrait être à la fois une structure très archaïque - pyramide, ksar ou tipi - et une construction contemporaine minimale.
Charles Payan a voulu laisser parler la lumière. Affirmer une présence - celle de l’acier - et peut-être aussi une absence : quand il devient miroir, le métal disparaît, traversé par l’espace.

Charles Payant peint, sculpture, filme, assemble, installe, façonne le sable et la vidéo. Ses créations occupent une zone frontière. Son œuvre se construit dans un jeu d’équilibre-déséquilibre articulant matérialité des objets et temporalité des images, réalité et virtualité.

Voir l'image en grand

Photos de l'installation : Agne

Par ailleurs, la colonne de cubes réalisée au cours des années 80 par l'artiste Orepuk sera rénovée très prochainement.

à retirer