L’espace Aragon est fermé pour encore quelques jours...

Suite aux annonces du Président de la République mercredi 24 novembre, nous aurons le plaisir de vous accueillir à nouveau dès la mi-décembre et bien entendu dans le respect des règles sanitaires.

Nous élaborons activement une programmation cinéma pour vous accompagner dès le 16 décembre et pour les fêtes.
De même, nous sommes heureux de pouvoir accueillir la compagnie Blabla productions et son spectacle « Dans la gueule du gnou » vendredi 18 décembre. Magique, drôlement poétique et à ne pas manquer !

Les spectacles programmés de novembre à mi-décembre ("Le garage à papa", "Désaxé", "A tes souhaits", "La tragédie du dossard 512") sont annulés. Des reports sont à l'étude pour la saison prochaine. Les demandes de remboursement des billets seront cependant possibles dès la réouverture.

Le standard au 04 76 71 22 51 est ouvert les mardis de 9h à 12h et de 14h à 16h, les vendredis de 9h à 12h.

Nous vous invitons à garder votre curiosité en éveil car nous ne doutons pas que la culture puisse vous aider à traverser ce nouveau confinement. Prenez soin de vous et à très bientôt.

Le parvis de l'espace Aragon accueille, depuis octobre 2020, la sculpture de Charles Payan "Présence / Absence"

"Présence / Absence", sculpture de Charles Payan

"Présence/Absence" sculpture de Charles Payan

Ce tétraèdre régulier est partagé en quatre blocs identiques, légèrement décalés les uns par rapport aux autres. Leur aspect rouillé sombre donne à l’ensemble un caractère massif et brut
Par contraste, les faces résultant du partage du tétraèdre sont en acier inoxydable poli. L’intérieur est ainsi composé de miroirs parallèles permettant, par réflexion multiple, à la lumière et aux images de traverser la structure qui acquiert ainsi une certaine transparence. Cette transparence permet de faire le lien avec le bâtiment dans lequel le verre est très présent.
L’intention de cette proposition est de présenter en les opposant les deux aspects de l’acier : brut et très « matériel » d’une part, et transparent et lumineux d’autre part, rejoignant par ailleurs une préoccupation assez constante de l’artiste dans son travail de plasticien : la mise en en relation de la matière et de l’image.
La sculpture présentée voudrait être à la fois une structure très archaïque - pyramide, ksar ou tipi - et une construction contemporaine minimale.
Charles Payan a voulu laisser parler la lumière. Affirmer une présence - celle de l’acier - et peut-être aussi une absence : quand il devient miroir, le métal disparaît, traversé par l’espace.

Charles Payant peint, sculpture, filme, assemble, installe, façonne le sable et la vidéo. Ses créations occupent une zone frontière. Son œuvre se construit dans un jeu d’équilibre-déséquilibre articulant matérialité des objets et temporalité des images, réalité et virtualité.

Voir l'image en grand

Photos de l'installation : Agne

Par ailleurs, la colonne de cubes réalisée au cours des années 80 par l'artiste Orepuk sera rénovée très prochainement.

à retirer